EXPOSITION • LA FORCE DE L’ART au Grand Palais

« La géologie blanche » : une scénographie originale de Philippe Rahm - Architecte et scénographe

Manifestation triennale, organisée à l’initiative du Ministère de la Culture et de la Communication, LA FORCE DE L’ART a pour ambition d’offrir une scène à la création contemporaine en France et aux artistes qui l’animent, dans la diversité de leurs origines et de leurs choix esthétiques. Pour cette seconde édition, l’architecte et scénographe Philippe Rahm a imaginé un environnement architectural, à mi-chemin entre village et paysage, offrant au visiteur les conditions d'une expérience poétique directe et toujours singulière, un écosystème appauvri, sans couleur ni variété, l’occasion d’une découverte de la puissance créative de l’art.

Philippe Rahm est né en 1967. Architecte diplômé de l’école Polytechnique de Lausanne depuis 1993, il a participé à un grand nombre d’expositions dans le monde entier (Archilab 2000, SF-MoMA 2001, Musée d’art moderne de la ville de Paris 2001, Tirana Biennial 2001, Valencia Biennial 2003, CCA Kitakyushu 2004, Mori art museum 2005, Frac centre, Orléans, Centre Pompidou, Beaubourg 2003, 2005 et 2007, Kunsthaus Graz 2006). Résident à la Villa Medicis à Rome en 2000, il est aujourd’hui professeur à l’ECAL (l'Ecole Cantonale d'Art de Lausanne) en Suisse, et dirige un atelier de Master à l’Ecole de Paris-Malaquais. En 2008, il fut également l’un des quinze architectes sélectionnés par Aaron Betsky pour la 11e Biennale d’Architecture de Venise.

Paysage abstrait entièrement blanc, microclimat sans vent ni chaleur ni pluie, réduit au seul élément de la lumière tombant de la nef et devenant presque solide en épousant les contours d'une froide géologie blanche, le temps est comme suspendu dans une attente sereine, offert uniquement à l'efflorescence vivante et colorée des œuvres.

Sculpté en fonction des besoins intrinsèques à la présentation des œuvres, cet environnement architectural, à mi-chemin entre village et paysage, offre au visiteur les conditions d'une expérience poétique directe et toujours singulière, l’occasion d’une découverte de la puissance créative de l’art.

Au lieu d'un réceptacle préconstruit recevant les œuvres, ce sont les conditions objectives de l'exposition des formes qui, déformant la cimaise dans les trois dimensions de l'espace, y impriment la marque de leur relief propre. Au sein de cette géologie blanche, chaque œuvre ou ensemble d’œuvres, chaque installation, chaque intervention d'artiste occupe un volume adapté à ses caractéristiques objectives.

Il s’agissait pour l’architecte scénographe de créer un volume dans l’espace et de mettre en place un processus : « à chacune des œuvres d’art est donné un même espace et un même volume au départ. Puis, en fonction de leurs dimensions et de la distance nécessaire entre elles et l’observateur, elles vont commencer à se pousser les unes les autres dans un mouvement similaire à celui de la tectonique des plaques. En fonction de leur poids et de la quantité de lumière exigée, elles vont déformer la surface, la creuser, la gonfler, y faire surgir des hauteurs. Un paysage blanc apparaît, le « White cube » se déplie, sur lequel les formes et les matières des œuvres d’art se détachent et se mettent en valeur.

Passant d'un site à un autre, sans autre règle qu'un hasard objectif généré entre les œuvres par leur puissance tectonique, au gré d'une libre déambulation empruntant des chemins et des entrées multiples, le visiteur va d'étonnement en surprise, d'associations libres en révélation.


Grand Palais du 24 avril au 1er juin 2009

Relations avec la presse
Heymann, Renoult associées
Tel 01 44 61 76 76 /
s.lawani@heymann-renoult.com
www.heymann-renoult.com

Rahm

Rahm

Rahm

< Infos

•  •  •

sommaire - agences - galeries - infos - Produits - Petites annonces - Boutique - liens - conditions - infos légales - contact

© NEOarchitecture - Frédéric TESSIER - 2010 - tous droits réservés -