ARCHITECTURE • Nouvelle salle d'embarquement du Terminal 2E • Architecte Marc Fidelle


La jetée du terminal 2E de l’aéroport de Roissy à nouveau ouverte dès dimanche, quatre ans après l’effondrement partiel de sa toiture sous laquelle quatre personnes sont décédées. Une charpente métallique à remplacé l’ancienne voûte de béton, et soutient la couverture de verre sérigraphié.

Marc Fidelle, architecte principal de la nouvelle jetée
Nous souhaitions changer l’ambiance tout en conservant la géométrie générale du bâtiment, pour répondre à une double demande des passagers : plus de lumière naturelle et la possibilité de voir les avions.
Le choix de conserver la verrière s’est vite imposé comme une évidence, autant pour des raisons esthétique, qu’économique et écologique. Quant au choix du matériau qui habille l’intérieur de la jetée, le bois, et plus particulièrement l’essence de frêne, il s’est également imposé rapidement : il apporte à la fois chaleur, clarté et vie dans la jetée.

Marie-Laure Kepeklian, directeur de projet
«Moins de deux ans de travaux ont été nécessaires pour reconstruire entièrement cette salle d’embarquement du Terminal 2E, dans le respect des coûts et des délais. Le chantier a mobilisé en permanence plus de 500 personnes, et a eu la particularité de progresser en continu d’Ouest en Est, afin de maintenir en exploitation 7 des 10 postes avions le long de la jetée.»

Le chantier étape par étape
• Les déposes préliminaires (mai 2006 - décembre 2006)
L’objectif de l’opération était de récupérer le maximum d’éléments, dans un souci
de développement durable, de réduction des délais et d’économies. Ont ainsi
pu être conservés certains ouvrages de second oeuvre (garde-corps, revêtement
en maille inox…), le système de climatisation, les éléments d’éclairage, des
équipements électriques (sonorisation) etc.

• La dépose de la verrière (juillet 2006 - mars 2007)
Cette dépose s’est réalisée à l’aide de ventouses depuis le tarmac.
Les 9 300 panneaux de la verrière ont été inventoriés et stockés dans un hangar de 5 000 m2 construit à cet effet à 5 kilomètres du chantier, en attente de leur repose.
Avancement = 70m (1 zone) par mois

• La déconstruction et le recyclage du béton (septembre 2006 - avril 2007)
La déconstruction a consisté à déposer les 152 arcs en béton du bâtiment d’Ouest en Est à raison d’un par jour. Chaque arc (de 4m de large et d’environ 100 tonnes) a été scié en trois coques.
Les coques démontées ont ensuite été «croquées», puis concassées hors site. Ainsi recyclé, ce béton pourra être utilisé pour d’autres projets (travaux de chaussée par exemple).

• Pose de la charpente métallique (février 2007 - octobre 2007)
La structure métallique a été principalement choisie pour sa simplicité, sa robustesse et sa légèreté : la nouvelle toiture sera ainsi environ 6 à 7 fois plus légère que l’ancienne. Les 152 arcs de la charpente métallique ont été livrés en 4 éléments, assemblés par moitié au sol, avant d’être posés puis boulonnés entre eux. Ces 2 800 tonnes de charpente sont ancrées sur la poutre de rive métallique.

• Repose de la verrière (avril 2007 - décembre 2007)
9 mois environ ont été nécessaires pour reposer les 33 000 m2 de verrière et panneaux inox.

• Pose de l’habillage bois, finitions et second oeuvre (juillet 2007 – mars 2008)
Dès qu’une zone du bâtiment était hors d’eau (verrière reposée sur 70m), la pose des 18 000 m2 d’habillage bois pouvait commencer. Ces panneaux sont fixés à la charpente métallique. Après la pose de l’habillage bois, tous les lots techniques et de second oeuvre se sont succédés (électricité, climatisation, repose des garde-corps, pose de la moquette…).

Efficacité énergétique et écocertification
• Une consommation énergétique maîtrisée
L’architecture même du bâtiment – verrière, puits de lumière –, en faisant la
part belle à la lumière naturelle, permet de réaliser d’importantes économies
d’énergie.
Qualités d’isolation, climatisation «intelligente» et renouvellement optimisé de
l’air ambiant, tout contribue à l’efficacité énergétique du bâtiment.

• Du bois «écocertifié»
La luminosité arrive en tête des attentes exprimées par les passagers d’où la volonté d’Aéroports de Paris de faire entrer un maximum de lumière naturelle dans la jetée. Celle-ci est couverte de 33 000 m2 de panneaux de verre sérigraphié qui filtrent en partie les rayons du soleil tout en laissant les passagers apprécier une très belle vue sur les pistes et les avions. Les extrémités de la jetée, larges verrières verticales,constituent deux véritables belvédères aménagés en espaces de repos.

Source Aéroport de Paris

Terminal E

Terminal E

Terminal E

Terminal E
< Infos

•  •  •

sommaire - agences - galeries - infos - Produits - Petites annonces - Boutique - liens - conditions - infos légales - contact

© NEOarchitecture - Frédéric TESSIER - 2010 - tous droits réservés -