ARCHITECTURE • L’extension et la rénovation du Musée d’art moderne Lille Métropole •


La restauration du bâtiment de Roland Simounet

Lille Métropole Communauté Urbaine a obtenu en 2000 que le Musée d’art moderne, construit par Roland Simounet, soit inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.
La conception du Musée est particulièrement originale puisque ce dernier se présente de profil, le long d’une déambulation architecturale articulant des volumes simples au dessin rigoureux construisant une relation intime aux visiteurs et aux œuvres.
Les fondamentaux de l’architecture de Roland Simounet qui créent l’identité du Musée sont au nombre de quatre :
- Le rapport à l’eau et la pluie ;
- Le rôle de la lumière ;
- L’importance de la matière ;
- La topographie.
Ainsi, les salles d’art moderne de la donation Masurel offrent une atmosphère intime, générée par les petits volumes et l’éclairage variant au gré de la journée. Les salles d’art contemporain s’ouvrent, quant à elles, sur des espaces plus vastes éclairés par la lumière du nord. Le bâtiment de béton et de briques enchaîne, sur une superficie de 7 700 m², de nombreux décrochements traités en redents et en casse-gouttes créant des jeux d’ombre et de lumière.
Le cheminement du visiteur est rythmé de variations, créées par les multiples marches et pentes douces. De larges baies vitrées mettent en osmose espaces intérieurs et extérieurs. Les espaces techniques et de services sont situés à l’ouest et les salles d’exposition à l’est.
Les réparations successives des désordres techniques, constatés très tôt sur le clos et le couvert avaient commencé à dénaturer et altérer sa conception d’origine au plan technique et esthétique. La perspective d’une intervention globale et cohérente s’est concrétisée dès 2002 par la commande d’un diagnostic sanitaire et architectural de Lille Métropole Communauté Urbaine à l’agence lilloise Étienne Sintive Architectes spécialisée dans la restauration de Monuments Historiques. Cette mission s’est poursuivie par une mission de maîtrise d’œuvre se traduisant par l’engagement d’un chantier de 22 mois débuté en mars 2006.

La création d’une extension par Manuelle Gautrand

Le caractère exceptionnel du voisinage des trois collections d’art moderne, d’art brut et d’art contemporain avec des activités connexes est sans conteste la donnée centrale de l’extension du Musée d’art moderne.
Si la conception du Musée par Roland Simounet s’inscrivait clairement dans le contexte de la construction de la ville nouvelle de Villeneuve d’Ascq, la commande de l’extension du Musée s’inscrivait, en 2001, dans celui d’une métropole transfrontalière. C’est ce qui contribue à expliquer la jeunesse des équipes sélectionnées pour le concours de 2002 et ce qui a poussé Lille Métropole Communauté Urbaine à choisir le projet le plus audacieux, celui de Manuelle Gautrand, pour répondre au plus près à la commande :
- Présenter de manière permanente les collections d’art brut de la donation L’Aracine ;
- Développer les fonctionnalités et les espaces permettant la montée en puissance des expositions du Musée, sa démarche scientifique, pédagogique et culturelle ;
- Renforcer l'attractivité du Musée en améliorant la qualité d'accueil et le confort de la visite par la mise en place d’installations et d’activités ;
- Composer au plus juste avec l’architecture de Roland Simounet.
Le projet se caractérise par la préservation du bâtiment existant et le rééquilibrage des différentes fonctionnalités en donnant un nouveau souffle à certains espaces devenus exigus au fil du temps.
Pour le visiteur, l’apport de Manuelle Gautrand s’annonce au fond du patio central et se révèle dans l’éventail des salles d’expositions consacrées à l’art brut. La configuration de l’extension permet ainsi de réaffirmer la place centrale du patio de Roland Simounet autour duquel les services aux visiteurs sont rassemblés : accueil des visiteurs individuels et des groupes, ateliers, bibliothèque, auditorium, boutique, sont restructurés au sein du bâtiment de Roland Simounet. Le café, situé dans l’extension conçue par Manuelle Gautrand, fait exception. Plastiquement éloigné de l’architecture du Musée existant, le projet de Manuelle Gautrand en est paradoxalement proche par l’analyse attentive de la topographie du lieu et contribue au renouvellement de son image en lui ajoutant des qualités et des ambiances inédites. Ainsi, le mouvement plissé de la résille de béton de Manuelle Gautrand qui prolonge la trame orthogonale de Roland Simounet constitue un geste architectural à la fois ample et discret.
Le projet d’extension représente 3 200 m² de superficie dont 2 700 m² de surface utile. 1 100 m² seront dévolus à l’art brut et 1 100 m² seront consacrés aux expositions temporaires (ces dernières salles se répartissant à la fois sur le bâtiment de Roland Simounet et sur l’extension conçue par Manuelle Gautrand). Les espaces dédiés à la conservation des œuvres occuperont quant à eux 1 000 m² (réserves et autres ateliers de restauration, encadrement, mise en quarantaine).
La maîtrise d’œuvre confiée à l’agence Manuelle Gautrand Architectes comprend par ailleurs une restructuration technique complète des espaces intérieurs du bâtiment de Roland Simounet.


Source: Musée d'art moderne Lille Métropole

Contacts presse
Fatima Khadir
Lille Métropole Communauté Urbaine
+33 (0)3 20 21 20 21
fkhadir@cudl-lille.fr

Musee

Musee
Détail de l’extension du Musée d’art moderne Lille
Métropole en chantier. Photo : Agence Manuelle
Gautrand Architectes. DR.

musee
Vue intérieure de l’extension du Musée d’art moderne
Lille Métropole en chantier. Photo : Agence Manuelle
Gautrand Architectes. DR.

musee
Vue aérienne du chantier d’extension du Musée d’art
moderne Lille Métropole, octobre 2007. Photo : Max
Lerouge / LMCU.

< Infos

•  •  •

sommaire - agences - galeries - infos - Produits - Petites annonces - Boutique - liens - conditions - infos légales - contact

© NEOarchitecture - Frédéric TESSIER - 2010 - tous droits réservés -