NEOarchitecture

 

Extensions - surélévations - Mention
« Maison à Nantes », Forma 6, Nantes – 44
 
 
GE1
 
Photo : Patrick Miara
 

Extension d’une maison individuelle

Présentation du projet :
Le premier enjeu de ce programme d’extension d’une construction en meulière, toute sage, prise dans son contexte urbain à l’angle de deux rues, était d’accroître les commodités de la maison en n’affectant pas la jouissance du jardin. D’autre part, il fallait agrandir les espaces de vie devenus trop exigus pour une famille de trois enfants, créant un salon au rez-de-chaussée et une chambre avec dressing et salle de bain à l’étage. Afin de préserver le jardin, il a été décidé d’accrocher la nouvelle construction sur le pignon existant en utilisant pleinement la surface extérieur d’angle. Il s’agissait aussi de donner à la maison un caractère plus introverti, en la refermant sur elle-même sans créer d’ouverture côté rues.

Le mur de la clôture est repris et rehaussé pour pouvoir y adosser les espaces de services (entrée couverte, atelier, local poubelle et remise à vélos) bâtis en structure bois et couvert d’une toiture végétalisée, ainsi qu’un garage dans leur prolongement. Ce dernier est conçu en rez-de-chaussée, situé entre le mur de clôture et l’extension de l’habitation. Il est couvert d’un toit vitré posé sur la charpente bois. Ce dispositif permet de laisser pénétrer la lumière naturelle et les apports solaires gratuits dans le salon depuis sa façade Sud, par le biais d’une grande baie vitrée ouverte sur cet espace mixte à la fois jardin d’hiver et garage occasionnel. Lorsque la voiture est garée à l’intérieur, des panneaux coulissants en stratifié compact occultent complètement cette ouverture en réorientant naturellement le salon vers le jardin.

Construite entièrement en ossature bois, cette extension s’accroche du bâtiment en moellons par des poutres de bois servant d’appui aux planchers du premier étage, conçus en lamellé-cloué, et à la couverture végétalisée. Constitués d’éléments préfabriqués, ils permettent une portée de 4.50m sans retombée de poutre et sont laissés apparents côté plafond. Les volumes du séjour et de la chambre parfaitement superposés sont ouverts tous les deux sur le jardin par de larges baies vitrées. Côté rue, des meurtrières, prises dans le bardage en Douglas non traité (mais purgé d’aubier), laissent filtrer la lumière du Sud et de l’Est, dans la salle de bain et la chambre. Cette aile habillée de bois, rythmée verticalement par les tasseaux du bardage, confère à l’ensemble un aspect contemporain pour faire pendant à la forme traditionnelle du bâtiment initial.

<<<