Projet :

Nouvelle Gare TGV de Torino Porta Susa





Yedid



Photographies: M. Vigneau - copyright "AREP- d'ASCIA"

Description :

Le 9 Septembre dernier, le premier lot du projet, qui comprend l’accès au métro, a en effet été inauguré et a permis aux turinois de découvrir ce nouvel équipement pour la ville.
La gare devient un grand axe urbain en continuité avec le quartier et ses flux, offrant aux voyageurs tous les moyens de transport: TGV, trains régionaux, métro, bus, tramway, voitures et deux- roues...

Le nouveau bâtiment voyageur est une galerie urbaine, perméable à la vie de la ville, couverte par une grande verrière, clin d’œil aux anciennes galeries commerciales du XIXème siècle et aux grandes halles de gares. Longue de 385 mètres (soit la longueur du TGV) et large de 33 mètres, la galerie est traversée de part à d’autre par des axes de cheminement transversaux tous les 100 mètres. Elle est couverte par une grande verrière munie de capteurs photovoltaïques verre-verre jouant le rôle de pare-soleil et permettant d’optimiser le confort climatique en été et en hiver. Un système de ventilation naturelle entre l’espace quai et le bâtiment voyageurs a été spécialement conçu.


Le chantier de la gare de Torino Porta Susa, première gare grande vitesse italienne sur la ligne Paris-Rome, a redémarré fin 2009. Torino Porta Susa, porte d’entrée en Italie depuis l’Europe du Nord, est conçue comme un lieu urbain dans la continuité de la ville, de sa trame romaine, de ses espaces publics, qui offre un concentré de transports et de services. C’est un véritable pôle d’échanges permettant aux voyageurs d’accéder facilement aux différents modes de déplacement(TGV, trains régionaux, métro, bus, tramway, voitures et deux roues), et en même temps un pôle de services urbains et de commerces de la vie quotidienne. Complétant ce grand projet, une tour urbaine mixte de services (hôtel, bureaux, espaces et équipements publics) accessible au public, sera édifiée au sud, en lien direct avec la gare.

Concept
Située entre la Spina (le grand boulevard traversant Turin du nord au sud, à l’ancien emplacement des voies ferrées) et le corso Bolzano, la gare est formée d’une longue galerie, couverte d’une majestueuse verrière de 385 mètres de longueur et de 30 mètres de largeur, rythmée tous les 100 mètres par des axes de cheminement transverses situés dans le prolongement des rues du quartier. Au niveau de ces passages, les accès sont signifiés par le soulèvement de « portes-papillon » découpées dans la verrière, qui accueillent le visiteur par un auvent généreux. À l’intérieur de la galerie une série de volumes en acier et verre qui abritent services et commerces, reposent sur un socle en béton de deux niveaux, occupé par les parkings et les locaux techniques.

La ville entre en gare
Véritable rue intérieure, l’espace de la gare se termine au sud par une tour de services publics, et au nord par un parvis en pente douce vers la ville historique et l’ancienne gare. Le hall propose des services liés aux transports, des commerces, des restaurants et permet l’accès aux quais ferroviaires. Les parcours sont assurés par un système de multiples circulations verticales (rampe en pente douce, escalators, escaliers, ascenseurs) qui assure des liaisons simples et aisées entre les cinq niveaux de la gare et absorbe les dénivelés du terrain entre le sud et le nord, entre le Corso Bolzano et la Spina.

Galerie urbaine
Lieu d’urbanité et d’intermodalité, la gare de Torino Porta Susa est un projet novateur dans l’univers ferroviaire par la manière dont il intègre les exigences d’un pôle d’échanges au cœur d’un nouvel espace qui s’affirme comme urbain et contemporain : la ville rentre dans la gare et la gare devient ainsi elle-même un morceau de ville ! Les références à la tradition urbaine sont sensibles : d’une part, les grandes galeries urbaines des villes italiennes du XIXe siècle - Galerie San Federico (Turin), Galerie Umberto I (Naples), Galerie Vittorio Emanuele II (Milan) – et d’autre part, les grandes halles des gares historiques européennes du XIXe siècle.

HQE
La peau de la verrière (15.000 m2) est entièrement couverte de capteurs photovoltaïques monocristallins positionnés entre les deux plaques de verre. Ils jouent également le rôle de pare-soleil et permettent d’optimiser le confort en été comme en hiver de cet espace public (production d’énergie: 680.000 KWH/année). L’ensemble du volume est ventilé naturellement, depuis le volume des quais bénéficiant d’une forte inertie, jusqu’au hall plus ouvert sur l’extérieur. Des apports ponctuels de calories (hiver) ou de frigories (été) complètent le dispositif. De plus, la présence d’une végétation dense dans les espaces intérieurs de la gare permet d’apporter des ombrages complémentaires ainsi qu’une sensation de fraîcheur.

Chantier
Lors de la 1e phase du chantier qui s’achève en septembre 2011 – coïncidant avec le 150e anniversaire de la République Italienne – s’est construit le secteur du passage urbain «Avigliana» côté sud, au niveau de la future station de métro. À cette date, l’ensemble de la structure métallique de la galerie est également réalisé. On perçoit alors toute la géométrie de la verrière, qui accompagne par son modelé, les variations de niveaux du sol, entre le nord et le sud et les deux artères principales, à l’ouest et à l’est. Les travaux côté nord seront achevés au printemps 2012. Les matériaux utilisés sont principalement le béton pour l’infrastructure ferroviaire, le verre, le métal pour les structures de la verrière et des passerelles intérieures, et la pierre de Luserna pour les sols.

 

Architectes:
AREP et Silvio d'Ascia" en association avec A. Magnaghi
 
< retour

•  •  •

sommaire - agences - galeries - infos - Produits - Petites annonces - Boutique - liens - conditions - infos légales - contact

© NEOarchitecture - Frédéric TESSIER - 2012 - tous droits réservés -