Projet :
CONCOURS POUR L’INSTITUT DES CULTURES D’ISLAM

ICI

Le Palio

Le Palio

Le Palio


Le projet :

Quartier d’immigration depuis la fin du XIXème, la Goutte d’Or est resté un quartier populaire, jeune et très peuplé. Il se caractérise par un important habitat social, et une grande densité de commerces exotiques, concentrés sur quelques rues. Sa forte identité, renforcée par son relatif enclavement, entretient cependant une ségrégation urbaine.
Depuis 20 ans, une politique volontariste, visible notamment par les nombreux chantiers engagés, a permis d’amorcer une mixité des habitants, des usages et des programmes de constructions.
Le développement de l’offre culturelle, est également lisible par l’installation récente du Centre de préfiguration de l’ICI, et la livraison du Centre Musical Fleury Goutte d’Or- Barbara.
La construction pérenne de l’Institut des Cultures d’Islam, équipement innovant mêlant les pratiques culturelles, cultuelles et de recherche, s’inscrit dans cette dynamique à long terme qui transforme durablement  la vie à la Goutte d’Or en l’ouvrant à un public élargi,  tout en conservant sa première richesse ; sa population.

Notre proposition urbaine et architecturale s’inscrit pleinement dans cette dynamique de révélation d’un des plus beaux quartiers de Paris, en l’enrichissant d’un nouvel équipement identitaire.
La démarche environnementale engagée par la Ville pour ce projet a guidé l’ensemble des choix architecturaux et techniques, à toutes les échelles de la conception.

Paris et les cultures  d’Islam
« La Goutte d’or », quel beau nom pour un quartier inconnu du grand public, à deux pas du Montmartre touristique : déclivités, variétés d’immeubles en crépi, haussmanniens, passages végétaux, square, église, percées visuelles surprenantes vers la butte, échappées vers la voie ferrée et en bout de perspective de rue le passage du métro aérien. « La Goutte d’or » est un quartier à révéler et le paradoxe des deux sites pour l’ICI offre l’opportunité d’un potentiel au lieu d’une contrainte.
L’ICI, c’est un vrai parcours culturel à la découverte de la Goutte d’Or, qui se prolonge dans les bâtiments eux-mêmes. La mise en synergie des deux lieux, au-delà de leur programmation complémentaire, devient lisible par la construction narrative à travers le quartier et les deux bâtiments.

L’ICI c’est une double relation : avec la ville, avec la culture islamique. La relation à la culture islamique,  c‘est la place essentielle du patio, l’enchaînement fluide des espaces, accueillant à l’invention permanente des usages dans une logique globale des deux sites.  Le rideau de céramique de la façade d’entrée du site Stephenson trouve son sens comme filtre du patio sur la rue et prolongation du front urbain, mais aussi comme relation avec l’écran du patio du site Polonceau qualifiant ainsi l’unité des deux sites. Cette façade devient, en quelque sorte, un intérieur urbain qui s’inscrit dans les petits évènements végétaux que l’on trouve dans le quartier – villas, cours plantées.  Du côté de la rue Doudeauville  l’escalier vitré offre une communication visuelle avec l’espace urbain et la rue Carco directement en vis à vis.

Deux sites, de la contrainte à l’atout
C’est un principe du projet de considérer le double site comme un atout : afin que le projet irrigue le quartier, le donne à voir et que l’espace public de la « Goutte d’or » devienne une part du parcours se prolongeant dans les bâtiments.
L’idée du parcours entre les deux sites pourra trouver des expressions concrètes par des installations dans l’espace public, reliant pleinement les deux sites. Une communication visuelle lumineuse sera intégrée dans les ensembles vitrés des façades d’accès des deux sites.

Le site Stephenson fragmenté, dispose de potentialités offertes par ses deux contacts urbains : d’un côté  rue Stephenson en direction du site Polonceau et de l’autre rue Doudeauville avec une co-visibilité vers la butte Montmartre. Le grand pignon de l’immeuble d’angle orienté plein sud  est, lui, accueillant à une paroi végétale.
Les grands volumes de l’interface et de l’espace cultuel, compte tenu de leurs surfaces, constituent des ensembles dont l’orientation et la géométrie les situent naturellement le long d’un axe nord sud en fond de parcelle. Conséquence, mais également bénéfice, le patio de pleine terre se trouve situé en façade, sur la rue Stephenson. Le projet suggère également l’utilisation du rez de chaussée commercial de l’immeuble d’angle – actuellement désaffecté -  comme café oriental et lieu d’exposition « sur rue «  , espace complémentaire au hammam, mais dont la surface ne peut trouver place dans la parcelle, pour respect du COS du PLU.
L’accès au bâtiment se trouve rue Stephenson avec une arrivée orientée vers le site Polonceau. Il est apparu important que par tous les accès depuis le quartier, et en particulier depuis la rue Doudeauville, la façade principale soit clairement visible par une vue de face, tournée vers l’autre partie de l’ICI.

Le ton juste
Se fondre et se distinguer, construire dans la ville et dans ce quartier, se situer au sens large dans la relation à l’autre, c’est d’abord trouver le ton juste vis à vis de l’environnement.
Le choix de la céramique, en vêture extérieure et en écran modulé,  s’est imposé de plusieurs points de vues, culturels, techniques, environnementaux et de pérennité.
La céramique, c’est évidemment le matériau des zelliges. Matériau simple, sobre et éprouvé, la céramique se prête à des mises en œuvre variées pouvant aller jusqu’à une grande sophistication. C’est aussi une évocation de la manière de transcender des matériaux ordinaires, propre à l’architecture traditionnelle islamique. Ce matériau permet en peau extérieure de parois de brique monomur, d’assurer des performances environnementales élevées, tant sur le plan thermique que sur celui de l’intégration urbaine. Il sera aussi marqué par une grande pérennité.  L’écran visuel qui sépare le patio de la rue  est traité comme les filtres internes du patio de la rue Polonceau par un système de composants de  céramique suspendus, dont le positionnement et la densité intègre les facteurs solaires et de programme. Ce rideau de céramique dotera cette façade d’accès, depuis le site Polonceau d’une grande richesse de variations selon les heures de la journée et les saisons
Le principe constructif et environnemental du monomur va donner à l’espace intérieur sa personnalité pour les façades intérieures côté rue. Il sera laissé brut, révélant ainsi la vérité constructive et les principes d’isolation. 

L’entrée de l’Institut sur ce site s’effectue par un large sas vitré donnant à voir le patio et son mur végétal. L’accueil s’inscrit dans un grand espace unitaire avec l’interface pouvant être partagé par des murs mobiles. Il s’ouvre entièrement sur le patio qui peut aisément accueillir des activités en prolongement de celles se déroulant dans le hall et l’interface, avec une grande convivialité. L’ensemble du rez-de-chaussée est conçu comme un espace unitaire entièrement fluide et relié avec l’entrée secondaire rue Doudeauville.

 

Maître d’ouvrage :
Mairie de Paris – Direction du Patrimoine et de l’Architecture
Maître d'oeuvre :
ADAM YEDID Architectes et TERRENEUVE Architectes
collaborateurs: Céline MERCIER, chef de projet ; Géraldine BOUCA, architecte assistante
Lieu :
Paris 14
Programme :
Construction d’un équipement culturel et cultuel sur 2 sites: Espaces d’Expositions temporaires et permanentes, Espaces cultuels, Salles de spectacles, Auditorium, Bureaux et ateliers pour associations, Centre de Documentation et de Recherche, Café - Détente et Hammam
Superficie :
Shon 5 390 m²
Montant des travaux :
15 M€ HT
Calendrier :
Concours octobre 2008
Vers la page de l'agence dans l'annuaire >
 
< retour



•  •  •

sommaire - agences - galeries - infos - Produits - Petites annonces - Boutique - liens - conditions - infos légales - contact

© NEOarchitecture - Frédéric TESSIER - 2010 - tous droits réservés -